Vivre ensemble

L’économie circulaire, l’idéal de demain ?

Au cours des dernières décennies, l’homme a surexploité les ressources naturelles de la terre. En 2015, l’homme a extrait 12 fois plus de ressources naturelles qu’en 1900. Quand on sait que seulement 9% de ces ressources naturelles sont réutilisés (1), on prend pleinement conscience de l’immense gâchis dont nous sommes à l’origine. En parallèle, nos déchets s’accumulent, sans être systématiquement recyclés. L’océan est  devenu une déchetterie à ciel ouvert, dans laquelle s’écoulent chaque année 5 à 13 millions de tonnes de déchets : en 2050, avertit la fondation Ellen Mac Arthur, on comptera plus de déchets que de poissons dans la mer !

Extraire, fabriquer, consommer, jeter…  Notre système économique repose sur un modèle linéaire, dont on voit désormais clairement les limites. C’est simple, trois planètes seraient nécessaires pour permettre à l’ensemble l’humanité de vivre comme nous, Européens.

1 source : Circulary Gap Report, janvier 2018

Produire et consommer différemment : les vertus de l’économie circulaire

Et si on utilisait mieux les ressources disponibles, si on réparait, recyclait ?… L’économie devient aujourd’hui circulaire. Elle nous impose de revoir nos modes de production et de consommation. Si de nombreuses initiatives locales naissent partout en France et dans le monde, les politiques et de grandes entreprises s’emparent désormais du sujet. Signe fort : l’économie circulaire comptait ainsi parmi les sujets du 49ème forum économique mondial de Davos (janvier 2019).

Schéma réalisé par l’Ademe

 

En plus de la notion de recyclage dont nous sommes désormais familiers, l’économie circulaire s’attache également à mieux utiliser les ressources disponiblesà réduire leur part dans les processus de fabrication. L’usage et le partage sont par ailleurs privilégiés au détriment de la propriété. En 2014, l’Ademe donnait de l’économie circulaire cette définition “L’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus”.

Où en est la France ?

Le 23 avril 2018, le gouvernement présentait sa Feuille de Route de l’Economie Circulaire (FREC). En substance, 50 mesures  portant sur la production et la consommation de matières, la gestion des déchets et la mobilisation des différent acteurs.

À travers cette FREC, l’objectif est clairement de faire passer la France dans le monde de l’économie circulaire. Comment ? En incitant les citoyens à consommer de manière plus durable, en exhortant les collectivités et les entreprises à recycler et valoriser davantage de déchets, en appelant l’Etat à jouer un rôle moteur en termes d’innovations grâce au levier de la commande publique.

Une loi issue de cette feuille de route devrait être annoncée avant l’été. A l’heure d’aujourd’hui, le projet de loi, composé de 6 articles seulement, semble bien timide au regard des ambitions posées l’an dernier. Si l’accent est mis sur l’information du consommateur, la réparabilité des équipements électroniques et des mesures anti-gaspi dans le textile, le projet prévoit de transcrire par des ordonnances l’essentiel de la feuille de route gouvernementale. Le sujet reste néanmoins encore ouvert.

Des initiatives qui font bouger les mentalités

En marge du Politique, de nombreuses initiatives se développent partout en France et montrent parfois que seule notre imagination peut avoir des limites. L’adage de Lavoisier « Rien ne ne perd, tout se transforme » prend à travers ces exemples tout son sens, et montre que chacun a un morceau de la partition à jouer.

#WearNext

L’industrie textile fonctionne de manière très linéaire (je produis – je consomme – je jette) et génère énormément de déchets. Selon un rapport de la fondation Ellen Mc Arthur publié fin 2017 (A new textiles economy : Redesigning fashion’s future), 73% de la matière première terminent en décharge ou incinérés, et seulement 13% des matières utilisées pour produire des vêtements sont recyclés en fin de vie.

C’est pour lutter contre ce gaspillage et soutenir la mode circulaire, qu’est née la campagne #WearNext, portée par la fondation Ellen Mc Arthur en association avec Le NYC Department of Sanitation (chargée de la collecte et du recyclage des déchets à New York) et la NYC Economic Development Corporation (en charge du développement économique de la ville de New York). Pour faciliter le recyclage des vêtements, plus de 1100 magasins à travers  la ville participant à cette initiative serviront pendant 3 mois de points de dépôt des vêtements usagés.

Donner une seconde vie à vos vieux skis

800 000 skis et planches de surf finissent chaque année en France incinérés.  Fabriqués à partir de matériaux composites, nos chers skis, qui nous donnent tant de plaisir sur la neige, sont en fait particulièrement polluants.

Mais à défaut d’être recyclables, les skis peuvent avoir une deuxième vie. C’est du moins le pari un peu fou de Art Ski Tech Art. Cette association, qui ambitionne de se développer plus largement, transforme les skis en mobilier design (tables, chaises, bancs…) ou en dômes géodésiques. Ces dômes qui ont l’avantage d’être autoportants (il n’y a pas de pilier central) s’installent rapidement pour devenir des chapiteaux, des stands d’accueil, des serres ou mêmes de poulaillers !

En savoir plus : http://artskitech.com/

Un café pas comme les autres

En favorisant les circuits courts, en privilégiant l’usage au détriment de la propriété, l’économie circulaire participe à un “mieux vivre ensemble“. L’exemple du Repair Café de citoyens de la ville de Sceaux en est un joli exemple, à l’image des 1700 cafés de ce type qui existent à travers le monde.

Ce café de réparation est un café sans attache, qui se déplace de quartier en quartier, occupant tour à tour une MJC, un centre social…

Dans ce café d’un nouveau genre, des outils sont mis à disposition du public. Ce dernier peut ainsi venir y réparer des objets, avec l’aide de volontaires passionnés. Le café propose également des activités de couture, de lutte contre le gaspillage alimentaire, des ateliers créatifs. Une manière de renforcer le lien social entre voisins, tout en prolongement la vie des objets de la vie quotidienne.

Chaque séance de Repair café permet d’éviter en moyenne 80kg de déchets. Les structures de ce type se multiplient partout en France, renseignez-vous près de chez vous !

 

Lutter contre le gaspillage alimentaire

10 milliards de kilos : c’est le poids annuel du gaspillage alimentaire estimé chaque année en France. Invraisemblable.

En Rhône Alpes, Ecovalim a décidé de lutter contre le gaspillage et la valorisation des déchets alimentaires produits par les acteurs de la restauration. L’entreprise propose ainsi de collecter et traiter les déchets alimentaires pour leur donner une seconde vie :

  • Les biodéchets deviendront ainsi du compost ou du biogaz grâce à la méthanisation
  • Les huiles alimentaires usagées seront transformées en biodiesel
  • Le marc de café deviendra un fertilisant naturel ou participera à la composition de buche compressée

En marge des déchets alimentaires, la société collecte et recycle également les seaux de mayonnaise, ketchup, olives…en polypropylène blanc. Ils seront transformés en masques chirurgicaux, tapis synthétiques ou pailles à boire.

Et vous, prêt à relever le challenge ?

Si, vous aussi, vous souhaitez contribuer à votre niveau à l’économie circulaire, il existe une multitude d’applications pour vous aider notamment à faire le (bon) tri.

L’application  90jours va encore plus loin, en vous proposant de relever pendant 90 jours des petits défis pour réduire votre impact sur l’environnement. Un véritable coach personnel pour devenir écolo ! Se laver avec un morceau de savon pour éviter les gels et surtout les emballages plastiques associés, afficher le calendrier des fruits et légumes de saison pour une consommation responsable, acheter moins de viandes… tels sont les challenges qui vous attendent.

Alors, ça vous tente ? L’application est disponible sur votre Play ou App Store.

 

Envie d’en apprendre plus sur l’économie circulaire : téléchargez le guide l’économie circulaire en 10 questions, publié par l’Ademe (mars 2019)