Smart city

Direction Sense City, la ville aux mille nano-capteurs

Imaginez une ville miniature placée sous une cloche hermétique capable de simuler des conditions climatiques réelles ou extrêmes (canicule, sécheresse, tempête), mais aussi une pollution à grande échelle. C’est l’objectif du projet baptisé « Sense City », inauguré en avril 2018 au cœur de la Cité Descartes, à Champs-sur-Marne (77). Ce laboratoire d’expérimentation de 800 m² permet de reproduire une multitude de scénarii climatiques afin de tester des technologies de pointe qui viendront, demain, équiper nos villes.

Concrètement, comment ça marche ?

Sense City est un terrain d’expérimentation bien plus riche et complexe qu’un laboratoire ou une salle blanche traditionnelle. Ce grand hall de 20 mètres par 20 mètres, s’élevant à 11 mètres de haut, inclut toutes les composantes d’une ville : bâtiment en R+1, maison, chalet en bois, route et infrastructures urbaines, végétation, mobilier urbain. Le sous-sol est quant à lui équipé d’un réseau d’eau usée, d’un réseau d’eau potable et d’un ensemble de pieux et cuves en tant que sources d’énergie. Le tout est truffé de capteurs, reliés à une salle de contrôle. Sense City peut ainsi mener des expérimentations sur plusieurs semaines, en maîtrisant plusieurs paramètres : la température, l’éclairage, l’humidité et même les précipitations. Les capteurs suivent et analysent les polluants de l’air, de l’eau et du sol et ce, sur du long terme.

« La chambre climatique permet de tester sur un même environnement différentes conditions météorologiques spécifiques, sur des durées déterminées, explique Anne Ruas, chercheuse à l’Ifsttar et coordinatrice du programme.  Par exemple, des canicules sur plusieurs semaines peuvent  ainsi être simulées. L’objectif étant alors de trouver les aménagements du territoire permettant d’atténuer les effets de ces grosses chaleurs. Il est également possible de polluer l’atmosphère pour étudier la manière dont les matériaux réagissent et les polluants se répartissent.

Sense City teste donc l’efficacité de nouvelles solutions innovantes à répondre à nos problématiques sociétales d’économie d’énergie comme de pollution de l’air et de l’eau.

Depuis sa création, plusieurs solutions sont passées à la loupe de ce labo grandeur nature : une maison biosourcée en béton de chanvre, la laine végétale d’isolation en fibre de lin, mais aussi une route photovoltaïque, le pesage dynamique ou encore des solutions à base de géothermie…

Et demain ? Un outil de recherche unique en Europe

Cette plateforme de recherche est à ce jour unique en Europe et la seule à prendre en compte autant d’éléments d’urbanisme.

Sense City permet de réaliser de grandes avancées sur la conception et l’amélioration des capteurs et ainsi, d’améliorer la chaine d’information du capteur à la prise de décision.  « Les capteurs constituent un marché en développement aujourd’hui, mais beaucoup ne marchent pas bien. Un certain nombre se détériore sur le long terme. Pour les améliorer, nous avons besoin de les tester en conditions réelles », souligne Tarik Bourouina de l’ESIEE Paris.

Ces capteurs contrôlent un certain nombre de paramètres physiques, chimiques ou biologiques. Ils contribuent à optimiser la consommation d’énergie, à donner des informations sur l’état des routes, à réguler les flux de transports, à donner l’alerte en cas de danger… « Aujourd’hui, 30 % de l’eau potable produite est perdue à cause des fuites, illustre Tarik Bourouina. En plaçant un nombre suffisant de capteurs dans les réseaux d’eau, on pourra détecter où précisément se situe une fuite, ou encore un excès de chlore. Cela permettra d’anticiper les conséquences de cet incident en fermant la partie du réseau défectueuse ou contaminée. »

Les villes de demain auront donc la possibilité avec ces technologies de s’auto-diagnostiquer en temps réel.

 Entre laboratoire et vie réelle, le projet Sense-City est passe de devenir un pôle majeur incontournable pour la ville du futur. Cet équipement attire d’ores et déjà de nombreuses entreprises qui façonnent la ville de demain..

Un projet unique porté par de multiples ambassadeurs

Initialement soutenu par l’Université Paris Est, et financé par l’Agence Nationale de Recherche Française à hauteur de 9 millions d’euros pour le programme Investissement d’Avenir, Sense City fédère aujourd’hui plusieurs acteurs : l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, l’ESIEE Paris, le laboratoire CNRS-Polytechnique sur les nanomatériaux, le Centre scientifique et technique du bâtiment, l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée ainsi que l’Inria.

Au-delà de ces ambassadeurs, Sense City est ouverte aux académiciens, industriels, startuppers et aux collectivités. Ils peuvent ici y installer leurs solutions afin de les tester en environnement « réel ».

 

Découvrez Sense City en images :

 

Pour en savoir plus sur Sense City :

http://sense-city.ifsttar.fr/

 

Crédit photo :  Erick Merliot/Ifsttar