Architecture et design

Notre TOP 7 des architectures les plus surprenantes

New City Center Landmark

Pour prolonger les vacances, partons en voyage à travers le monde pour découvrir des architectures pour le moins surprenantes !

1- Un pont imprimé en 3D à Venise, signé Zaha Hadid Architects

Ce pont en forme d’arc de 12 mètres sur 16 a été installé dans un parc de Venise, à l’occasion de l’Exposition internationale d’architecture qui se tient tous les deux ans. Nommé Striatus, ce pont a de quoi surprendre : conçu en 3D, il est assemblé sans colle, ni mortier ; seule la compression permet de soutenir les 53 blocs imprimés 3D. Une vraie prouesse technique !

L’absence de matériaux complémentaires permet d’économiser de l’énergie et des matières premières, mais aussi facilite le démontage du pont.  Tout en limitant l’empreinte carbone, cette oeuvre amène une réelle innovation en termes de flexibilité et de de durabilité de la construction.

Si les matériaux innovants et la dimension écologique sont ancrés au cœur du projet, l’esthétique et la conception architectural s’inspirent des constructions des arches des ponts romains.

Ce projet audacieux mêlant procédé moderne, écologie et tradition ancestrale est exposé jusqu’au 21 novembre 2021 à Venise.

2 – New City Center Landmark, à Shenzhen en Chine, signé Sou Fujimoto

Une tour futuriste sortie de l’imagination de Steven Spielberg ? Non, il s’agit du projet de l’architecte japonais Sou Fujimoto tout juste récompensé : une tour de 268 mètres comme une île en suspension dans le vide…

Un projet surréaliste, grand gagnant du concours organisé par la ville de Shenzhen, qui nous laisse sans voix par dimension inédite.

Atteignant 268 mètres de haut, cette tour doit être édifiée grâce à une plateforme ronde soutenue par 99 piliers en acier, fibre de carbone et Kevlar. La disposition des piliers, les plus gros au centre, les plus fins à l’extérieur, donne l’impression de voir une île volante « à débordement », comme une fontaine géante.

Au sommet de cette tour, les 99 piliers structurent 99 petits îlots aménagés qui abritent des espaces verts, un restaurant, un café, une salle dédiée aux expositions… New City Center Landmark est une petite ville futuriste et spectaculaire, reflétant parfaitement les aspirations de la ville de Shenzhen.

Pour le moment aucune date de livraison du projet n’est définie. Si vous souhaitez vous y balader, il vous faudra un peu de patience.

3 – Un immeuble « en boucle » pour Oppo à Hangzhou en Chine, signé BIG

L’architecte danois Bjarke Ingels et son studio BIG ont imaginé une tour qui prend la forme de l’initiale O du fabricant de smartphones Oppo.

Oppo, vous connaissez ? Il s’agit du marque chinoise de smartphone en pleine croissance, qui a pour projet de créer son futur centre de recherche et développement à Hangzhon.

Surnommé l’O-tower, la tour abritera 161 000 m2 de bureaux et 68 000 m2 de commerces. Au delà de son esthétique reconnaissable, sa dimension éco-responsable reste au cœur du projet.  Elle affichera le « O » sur toute sa face, réduisant la surface au sol et protégeant les étages inférieurs du soleil. La « climatisation » naturelle est en effet au centre des préoccupations dans la conception de la tour. Grâce à la présence de persiennes, dont l’inclinaison varie en fonction de la position du soleil, l’apport solaire est réduit de moitié, tout en optimisant la présence de la lumière naturelle.

Ce projet monumental à l’architecture audacieuse, éco-responsable, a démarré en 2019. Aucune date d’achèvement n’est annoncée.

4 – Un hôtel inspiré du peuplier à Denver, dans le Colorado, signé Studio GANG

Le biomimétisme reste une source d’inspiration pour de nombreux designers et architectes… Ici, on salue l’audace du motif “tronc d’arbre” en guise de façade. Une inspiration issue tout naturellement de l’environnement de la ville de Denver : les forêts du Colorado.

Cette similarité avec le tronc du peuplier vient essentiellement de la disposition très particulière des fenêtres. Celles-ci sont de tailles et de formes différentes, ornant les 13 étages du futur immeuble triangulaire de 48 mètres de haut.

Dans une optique éco-responsable, l’utilisation de la climatisation est limitée grâce aux fenêtres couvertes d’une « visière » rétractable et ajustable selon l’orientation du soleil. Un système qui permet également la pluie à s’écouler sans abîmer la façade. La nature reste au cœur du projet, avec un toit végétalisé à partir de plantes et arbres locaux.

Ce bâtiment à vocation hôtelière devrait ouvrir ses portes en 2023. Pourquoi pas, une escale insolite pour un prochain voyage.

5 La villa Shell située à Nagano au Japon, signée ARTtechnic architects

Kotaro IDE, l’architecte, aurait pensé à un coquillage en dessinant cette villa privée. Coquillage, cannelloni ou vaisseau spatial, à vous de juger.

Cette structure en béton toute en courbes liées et destructurées est un havre de paix posé en pleine nature.
Sa modernité et son aspect brut très contemporain s’intègre parfaitement dans un environnement verdoyant. Les formes douces, fluides, rythmées par des changements d’orientation confèrent à cette construction une atmosphère très inspirante.

6 Jeuneville, un “quartier” vertical signé Jean Nouvel à Gennevilliers

Jeuneville : jeune, innovant, inspirant, avant-gardiste, ce projet réinvente de manière radicale la façon de vivre et de travailler dans le grand Paris.

Pensé par l’architecte français Jean Nouvel, ce “super bâtiment” est pensé pour favoriser la mixité et le partage.

Jeuneville abritera sur 12 étages : 45 000 m2 de bureaux, 5000 m2 d’ écoles, 14 000 m2 de logements etudiants, 26 000 m2 espaces de coliving, 2 300 m2 commerces… Surtout, Jean Nouvel a prévu 3 hectares d’espaces publics / verts, avec de nombreuses terrasses végétalisées.

La démarche environnementale est au cœur de la conception du projet : façades imaginées pour limiter les besoins énergétiques, bio-matériaux (dalles en béton décarboné, façades en ossature bois, matériaux biosourcés pour l’isolation et l’étanchéité), bornes de recharge pour les véhicules électriques, parking vélo, navettes électriques pour rejoindre les gares…

Un immeuble durable dans sa conception et dans son utilisation qui aura pour vocation de créer une nouvelle façon de vivre pour rapprocher étudiants et entreprises. Une vocation qui a du sens et que l’on attend de découvrir avec impatience dès 2025.

7 Projet de l’Opera House de Shenzhen en Chine, remporté par Jean Nouvel

Retournons à Shenzhen et retrouvons Jean Nouvel, lauréat du concours pour la conception et la construction de l’Opera House de la ville.

Pour battre les grands noms de la scène internationale, l’architecte français a vu les choses en grand. Son projet prend la forme d’une salle d’opéra de 2 300 sièges, d’une salle de concert de 1 800 sièges, d’une salle d’opérette de 800 sièges et d’un théâtre de 400 sièges. Un « espace culturel et créatif » de 23 000 m2, un centre dédié à la scénographie de 12 000 m2, des logements prévus pour les artistes sur une surface de 20 000 m2 et des bureaux sur 5000 m2 viennent s’ajouter.

L’esthétique du projet est lumineuse, pure, en harmonie avec la mer de Chine du Sud. Les courbes délicates du bâtiment, ses lignes plongeantes, la transparence du verre contribuent à dégager une atmosphère douce, propice à la musique. Avec trois façades tournées vers la mer, l’Opera House de l’architecte français laisse toute sa place à la vague, la belle bleue. Le bâtiment semble presque flotter au-dessus de l’eau.

Si l’extérieur est en symbiose avec l’environnement, l’intérieur est lui aussi dans cette dynamique. Le foyer principal est couvert en partie de nacre, « un matériau qui semble mouillé quand il est sec », un rappel évident à la mer.

Aucune date de début de travaux n’a été communiquée, mais il faudra certainement attendre la fin de la décennie pour s’enivrer de mélodies enchanteresses de l’opéra de Shenzhen.